Road trip naturaliste le long de la Great Ocean Road

Après avoir passé près de deux semaines à Adélaïde et sur la péninsule de Fleurieu début janvier, nous descendons via Mont Gambier pour parcourir « la Great Ocean Road », itinéraire touristique incontournable de l’Etat de Victoria.

Nous l’attaquons par le Cap Bridgewater, à l’ouest de Portland.

10 km de sentier côtier autour du Cap Bridgewater

Le temps est brumeux du fait des nuages de poussières consécutives aux incendies monstres de l’été en cours.

Le Cap Bridgewater est célèbre pour son importante colonie continentale d’otaries.

Plus exactement, il y a deux colonies d’otaries, car les Otaries à fourrure d’Australie et de Nouvelle-Zélande se côtoient à quelques mètres. Les colonies sont bien distinctes !

Piscine des Otaries

Romain repère un groupe de Kangourous gris, mais ils sont très loins.

Puis nous repérons un groupe de plusieurs dauphins qui jouent dans les vagues !

Des Fous australs passent au loin.

Mais hélas les animaux les plus communs sont les mouches !

Le vaste paysage fait oublier ces fauteuses de troubles. A la fin du sentier côtier, nous arrivons aux curieuses formations sableuses façonnées par l’érosion, appelées également « forêt pétrifiée ».

Dernier coup d’oeil vers l’océan indien…

Nous faisons du « stop » pour les 4 km de route surchauffée jusqu’au camping car.

Réserve de Koroit – Tower Hill

Nous poursuivons vers l’est et restons deux nuits aux abords de l’ancien cratère volcanique de Koroit. La première description de cet ancien volcan remonte à 1802 par des explorateurs français menés par le capitaine Nicolas Baudin à bord  du navire Le Géographe. Dans les années 1840, les Irlandais colonisent cette cité. Leur présence est encore très marquée.

A l’intérieur de ce cratère vieux de 30 000 ans, une réserve naturelle a été créée en 1892. Ce fut le premier parc national de l’état du Victoria. Cependant, les programmes de revégétalisation ne commencèrent qu’en 1961. Auparavant, le site était occupé par les aborigènes  Koroit gundidj , puis par les colons irlandais qui l’exploitèrent pour l’agriculture, notamment pour la culture de pommes de terres.

Vue du cratère. Un aspect d’arche de Noë au milieu des cultures.

Nous entamons notre visite par une courte ascension. Dans les fourrés, un Wallaby bicolore nous salue et Noémie lui tire le portrait.

Quelques kangourous gris également se reposent dans les sous-bois.

Au parking, des émeus peu sauvages nous accueillent.

Celui-ci est très intrusif et nous préférons piquer-niquer dans le camping car!

Après un circuit autour d’un ancien lac volcanique, nos pas nous mènent autour d’un petit marais entouré de grands eucalyptus. Nous repérons vite nos premiers Koalas, dont un bien actif qui se laisse observer plusieurs minutes.

Au moins cinq autres sont à la sieste. Les koalas passent 20h par jour à dormir.

Celui-ci était bien costaud.

Près de 40 espèces d’oiseaux dans nos jumelles dont cette Colombine élégante.

Le Martin-pêcheur sacré, l’Echasse à tête blanche ou le très commun mais néanmoins féerique Mérion superbe.

En sortant du cratère, un Kangourou gris semble bien curieux et décidé à rester sur la route.

Aurions-nous oublié un droit d’entrée?

Le crépuscule des puffins à Lord Ard Gorge

La Great Ocean road commence enfin !

Continuer la lecture de « Road trip naturaliste le long de la Great Ocean Road »

Envoûtant Damaraland

Après le parc d’Etosha et le centre de conservation des guépards, nous avons fait une pause dans le parc national du plateau du Waterberg

Un cirque au bord du plateau du Waterberg

Puis, plus à l’est, près du Vingerklip, nous sommes surpris de trouver un massif aux allures de Far West américain.

Rock Finger, massif du Vingerklip, à l’est de Khorixas
En avant pour le Damaraland… Après une grasse matinée bien méritée !

Le Damaraland

Carte du Damaraland © Expert Africa

La région du Damaraland, au nord-ouest de la capitale de la Namibie, nous a envoutés par ses paysages austères mais tourmentés, mais aussi par sa richesse culturelle et naturelle.

Les environs de Twyfelfontein, accessibles après 100 km de piste depuis Khorixas, sont riches de curiosités que nous parcourons sur deux journées : la forêt pétrifiée, les vieilles plantes à fleurs Welwitschia mirabilis – dont les feuilles posées au sol sont les plus longues du monde et la longévité peut dépasser 2000 ans- des montagnes tourmentées, des orgues basaltiques, des musées en plein air relatant la vie des peuples du Damaraland…

Morceaux de troncs pétrifiés autour d’une énigmatique Welwitschia
Musée vivant des traditions du Damaraland

Mais le site plus remarquable de la vallée reste l’exceptionnel site rupestre de Twyfelfontein.

La vallée de Twyfelfontein

Twyfelfontein signifie « source douteuse ». Cette source, rare dans le désert, attirait autrefois des chasseurs-cueilleurs et plus tard des éleveurs Khoïkhoïs (peuple San) qui ont laissé la trace de leur passage sur les rochers environnants pour mener des rites chamaniques.

Ce site regroupe les plus nombreux pétroglyphes d’Afrique, soit environ 2500 figures décrites. Le mot « pétroglyphe » qui vient du grec signifie « pierre gravée ». En 2007, cette richesse nationale est inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco.

Bienvenue !

On observe de nombreuses représentations d’animaux : éléphants, girafes, zèbres, rhinocéros… et même une otarie et un manchot qui attestent l’existence d’une exploration du littoral distant de 100 km.

Le lion est une des plus belles figures du site. Qu’a-t-il de particulier ?

Girafe et traces de pieds d’un chaman?

Nous logeons au camping Aabadi Mountain campsite, au bord de la rivière Aba Huab. Le cadre est magnifique et quand le soleil se couche, c’est une pleine lune rousse qui se lève derrière la crête. Les installations sont sommaires mais le désert est la plus belle des salles de bains.

Le site du camping
Lecture au couchant
Le deuxième soir

Dans les lits asséchées de quelques fleuves, les arbres puisent l’eau dans la nappe phréatique, de plus en plus profond car il n’a pas plu depuis plus de 4 ans. Les rivières dessinent de petites oasis que parcourent quelques troupeaux d’éléphants du désert. Ces populations très menacées ne comptent que quelques centaines d’individus (600 en 2013 selon http://etoshanationalpark.co.za/faunaflora/wildlife/desert-elephants).

Nous en avons trouvé cinq !

Continuer la lecture de « Envoûtant Damaraland »

Le centre de conservation des Guépards d’Otjiwarongo

Cheetah Conservation Fund

« Cheetah » signifie guépard en anglais. La Namibie héberge la plus grande population de guépards dans le monde soit environ 3500 individus. Au cours du siècle dernier, le nombre de guépards a diminué d’environ 90% selon les estimations. Cette espèce pourrait s’éteindre d’ici 20 ans. Parmi les causes de cette diminution, la perte de milieux et l’élimination par des fermiers les rendant responsables, souvent à tort, de la perte de leur bétail. En effet, une enquête menée par le gouvernement de Namibie a montré que seuls 3% des pertes de bétail était causées par un guépard.

Nous visitons le centre de conservation, de recherches et d’éducation pour la protection des guépards créé par le Dr. Laurie Marker en 1990. Zoologue et vétérinaire, elle parcourt le monde pour défendre le félin à qui elle consacre sa vie.

La mission du Cheetah Conservation Fund (CCF ) est d’être le centre d’excellence internationalement reconnu dans la conservation des guépards et leurs écosystèmes. 

L’organisme sensibilise les populations locales afin de montrer qu’un partage des terres est possible entre l’homme et l’animal. Ici les guépards sont recueillis car ils ne pourraient pas survivre seuls dans la nature. Nous observons ainsi Darwin et Livingstone, devenus les mascottes du centre. Deux frères guépards recueillis bébés après que leur mère ait été tuée par un fermier. 

Darwin et Livingstone, les frères miraculés

Avec un guide, nous avons pris une jeep pour parcourir l’espace de vie des guépards recueillis par le centre : l’endroit où ils peuvent courir, se reposer, l’endroit où ils peuvent manger. Il y a 36 guépards sur le site. Un autre espace est défini pour ceux qui seront un jour relâchés dans la nature. Le centre en relâche environ 5 par an.

Vers midi, nous assistons au nourrissage des guépards qui a lieu une fois par jour. Le guépard n’aime pas manger une viande salie ou souillée. Dans la nature, il ne se nourrit toujours que de la proie qu’il vient de tuer. C’est pourquoi chaque guépard a ici sa propre gamelle.

Avec Astrid, bénévole francophone, nous découvrons ensuite la clinique  vétérinaire où sont pratiqués les soins pour les guépards et les chiens.

Visite de la clinique vétérinaire
Chiens de berger Anatolie élevés pour garder les troupeaux

En effet, il y a aussi des chiens qui sont élevés ici spécialement pour être vendus à des fermiers afin de protéger leurs troupeaux des guépards. Avec ce principe de dissuasion, et grâce à un programme d’information, les fermiers apprennent à vivre avec les félins. Cette théorie fonctionne. Le centre souhaite éduquer et montrer qu’un partage des terres entre l’homme et le guépard est possible.

D’autres actions du CCF

Des tests génétiques faits dans le laboratoire installé sur place ont montré que les guépards ont une faible diversité génétique par rapport aux autres espèces. Ils sont plus vulnérables face aux changements environnementaux. Face aux menaces pesant sur cette espèce fragile, on mesure le rôle crucial du Cheetah Conservation Fund.

Outre l’éducation des fermiers et la vente de chiens de garde, une autre voie de protection est de travailler avec les acteurs locaux afin de permettre d’ouvrir les savanes. Les guépards ont besoin de grands espaces et d’une densité de buissons épineux faibles. Certains territoires sont défrichés et les buissons sont vendus en bûches dans le CCF.

Nettoyage des buissons épineux

Pour en savoir plus

Pour agir : visiter le centre, faire un don ou parrainer un guépard : https://cheetah.org

Vidéo de présentation :

(c) CCF

Caprivi, c’est fini

Notre première semaine passée entre les Chutes Victoria et la « Bande de Caprivi » se termine. La « Caprivi strip » est une bizarrerie géopolitique qui prolonge la Namibie septentrionale sur une bande de terre de 450 km de long sur 30 de large, lui donnant une frontière avec la Zambie. Ce territoire avait été annexé par l’empire allemand pour permettre l’accès du territoire namibien au fleuve Zambèze, et donc à l’Europe de l’Ouest, dès 1890. Hélas le fleuve est en réalité non navigable au delà du fait des cataractes de Victoria Falls…

(c) Wikipedia commons

Nous emprunterons en revanche le récent pont de Katima Mulilo qui relie aujourd’hui la Zambie et la Namibie par la route.

Cette semaine aura donc commencé par la visite des Chutes Victoria, découvertes par Sir Livingstone en 1855.

David Livingstone demeure l’un des rares explorateurs européens admirés par des Africains. Ecossais issu d’une famille rurale modeste, il devient missionnaire en 1840. Il voyage pour convertir les populations et tenter de supprimer le commerce des esclaves. Il explore l’intérieur de l’Afrique pour ouvrir des voies commerciales. Sa plus célèbre découverte est celle des chutes Victoria lors d’une descente épique du fleuve Zambèze. Il découvrira aussi le lac Malawi mais cherchera en vain les sources du Nil.

Sa statue figure du côté zimbabwéen du sentier qui permet de découvrir les chutes.

Nous partons de Livingstone, la ville de Zambie nommée en mémoire de son illustre explorateur en récupérant près de l’aéroport, notre « maison » pour les 27 prochains jours… Bonne surprise, elle est flambant neuve (6000 km) et même surclassée : Toyota Hilux avec double tente.

Nous sommes forcément un peu mal à l’aise en traversant 250 km de route zambiennes dont 80 km défoncées, jalonnées de villages où la misère est omniprésente, même si sur cette photo on voit l’électricité qui dessert les principaux équipements publics.

Arrivée en Namibie

Nous franchissons la frontière namibienne avec patience, et surtout avec l’appréhension d’arriver au camping à la nuit tombée pour notre première installation… Ce qui sera le cas, car il a fallu jouer des coudes pour payer la taxe routière côté namibien après une longue attente de l’agent d’immigration coté zambien…

Beaucoup d’attente au poste frontière Zambie Namibie…On apprend la patience
Arrivée juste avant la nuit au campement près du fleuve Zambèze.

La nuit aura été réparatrice. Le petit déjeuner est idyllique ! A condition de prendre garde aux singes chapardeurs…

Caprivi Mutoya Lodge & Campsites

Nous partons au petit matin, seuls sur un bateau à fond plat, pour une excursion sur le Zambèze. Observation émouvante de nos premiers hippopotames.

Une famille soudée
Séance de vocalises avant la chorale

Nous reprenons la route rectiligne et monotone pour plus de 300 km. A quelques kilomètres de notre camping au bord de l’Okavango, nous devons laisser passer deux éléphants. Nous ne faisions pas les fiers !

Les bords de l’Okavango

Nous arrivons à Ngepi Camp, à nouveau au coucher du Soleil… après 4 km de piste sablonneuse un peu stressante… Stress amplifié la nuit sous la tente lorsqu’un hippopotame est venu brouter la pelouse de notre emplacement !

Ce camping s’inscrit dans une démarche environnementale vertueuse, notamment en encourageant la vente de bois issue d’arbres morts et non vivants, fléau dans toute la région où nous verrons des milliers d’arbres brulés pour le charbon ou débités pour le bois des foyers.

Aube au bord de l’Okavango

Parenthèse de Géographe, l’Okavango est le plus grand fleuve endoréique, c’est à dire qu’il ne rejoint pas la mer. Il est surtout célèbre pour son grand delta intérieur qui inonde le Botswana voisin à la saison humide, en faisant un eldorado pour les oiseaux et les grands mammifères.

Le lendemain, nous partons pour un safari au bord du fleuve qui donne un avant goût de ce que cette région peut receler comme merveilles.

Parc national de Bwabwata – réserve Mahango

Après les conflits armés avec l’Angola, cette réserve bordant l’Okavango qui a beaucoup souffert est désormais accessible. Encore peu fréquentée, elle nous a séduit par la richesse et la facilité d’observation de la faune qui y est revenue. Petit aperçu en images (cliquez pour zoomer).

Prochaine étape : le Parc national d’Etosha.

Et merci pour vos commentaires qui nous encouragent à poursuivre nos articles malgré les connexions wifi capricieuses !