Challenge sportif au Népal : le tour des Annapurnas en famille, jours 10 à 12

Jour 10 : Repos à Muktinath (3750 m).

Distance : environ 2 km. Dénivelé cumulé : D+ : 200m et D- : 200m. Temps de marche : 1h.

Une journée consacrée au repos après l’étape de la veille. La matinée est consacrée à la visite du temple de Muktinath, qui attire des pèlerins de plusieurs pays, notamment d’Inde. Un véritable business s’est mis en place, dont le seul tronçon de route revêtue de la région, rien que pour acheminer les pèlerins depuis l’aéroport de Jomoson. A l’entrée du village, un cheval prend en charge les plus aisés d’entre eux pour les emmener 2 km plus loin.

Nous allons à pied bien sûr, accompagnés de notre guide Sabin.

Le temple est vénéré à la fois par les hindous et les bouddhistes. Les deux religions sont bien présentes au Népal.

Les pèlerins se purifient en s’aspergeant aux 108 sources d’eau sacrée. Certains passent directement en dessous en courant (car l’eau est très froide), d’autres se mouillent seulement la tête, fontaine par fontaine, avec beaucoup de ferveur.

Cette même eau sert à alimenter en permanence des moulins à prières!

Les croyants allument aussi beaucoup de petites bougies dans l’enceinte du temple.

Nous prenons part au recueillement en pensant à nos proches. Et remercions les cîmes de nous avoir laissé passer tous en bonne santé…

Près de cet endroit, dans un autre temple, Sabin nous montre une source de gaz naturel qui entretient une flamme au niveau d’une source d’eau. Nous entendons et entrevoyons l’eau ruisseler et le feu crépiter dans un même souffle sous terre. Un signe divin selon les pèlerins hindous et bouddhistes qui vénèrent cet endroit.

Bouddha si serein face au village et aux montagnes alentours.

Etant donné le panorama auquel il fait face, quoi de plus normal !

Aux jumelles, nous plongeons dans les pentes verglacées du Dhaulagiri, 7ème plus haut sommet de la planète (8167 m).

Nous sommes tellement détendus que le guide et nous perdons vraisemblablement par ici nos petites clés d’hôtel!… Quelle tête nous ferons en rentrant devant la gérante quand nous nous apercevons que ni nous ni lui ne peut ouvrir son cadenas !…

En fin de journée, notons l’exploit de Sabin qui réussi à emmener les enfants aux jambes endolories au sommet du point du vue dédié au Guru Rimpoche. 150 marches au pas de course pour ne pas manquer le coucher du Soleil…

La nuit sera difficile. Après la gastro d’Olivier, ce sera le tour de Romain.

Jour 11 : Muktinath (3750 m) – Lupra (2790 m) – Vallée de la Kali Gandaki (Marpa).

Distance : environ 10 km. Dénivelé cumulé : D+ : 200 m et D- : 1100 m. Temps de marche : 6h.

Dernier tronçon

Compliqué de repartir dans ces conditions. La descente annoncée se transforme en une montée jusqu’à près de 3900 m… avant de dégringoler vers la vallée sur une pente parfois glissante. Dur dur pour le moral! Le pas est lourd. Le contrecoup des efforts consentis les jours précédents, malgré le jour de repos…

Retour en images sur cette dernière journée…

La montée fatale
Avant le col
Derniers mètres en montée

Un vrai moment de complicité avec guide et porteurs immortalisé par ce selfie…

Puis nous entamons la longue descente vers la vallée de la Kali Gandaki.

Dernière passerelle. La plus longue franchie jusqu’alors

Lupra, enfin… pour la pause déjeuner

Il reste alors 2 kilomètres. En nous retournant, nous apercevons le col franchi l’avant-veille…

La route ! Vers 16 h, nous attendons un hypothétique véhicule (bus, jeep, camion…) pour rejoindre Marpa. Autre option, marcher 4 km encore jusqu’à Jomoson, le vent de face et dans la poussière : Impossible d’en demander plus aux enfants.

Finalement, au bout d’une demi-heure, une jeep nous emmène à l’hôtel « Red Apple » où nous découvrons une chambre confortable et … « moderne »! Le bonheur: « Il y a de l’eau chaude, du papier et des toilettes normales! » s’extasie Romain.

Il est déjà tard et nous n’avons plus le courage de visiter le village de Marpha et son temple tibétain. Notre dîner est agréable et … à base de pommes, cultivées derrière l’établissement. Nous offrons un verre à notre équipe et trinquons à notre réussite. Nous goûtons l’alcool local (cidre ou liqueur de pomme). Notre guide nous fait un discours très émouvant et remercie les enfants pour leur ténacité et leur obéissance, même dans les moments difficiles. Les porteurs nous disent que nous avons été chanceux. Ils évoquent leurs craintes ressenties mais aussi la grande fierté d’avoir emmené si haut, de si jeunes enfants. C’était pour eux une première et ils portaient une grande responsabilité. Au delà de l’exploit sportif, c’était une expérience humaine exceptionnelle à 7.

Jour 12 : Retour en Jeep de Marpa à Pokhara.

Nous partons en jeep à 8h40 après un petit déjeuner gourmand (Momos aux pommes, confiture d’abricots de la vallée, jus de pomme). Le départ précoce est censé permettre d’éviter les fermetures de route dues à des travaux. Mais les bouchons nous font perdre du temps…

Nous arrivons 5 minutes après la fermeture pour 1h30 de l’autoroute du Mustang. Seuls les troupeaux et les randonneurs passent…

Dernières cimes et nous entamons les 10 de piste. La route est littéralement défoncée mais le paysage et la musique font oublier le roulis de la jeep.

Au déjeuner nous avalons un Dal Bat, le plat traditionnel local. Les enfants se font plaisir et mangent « à la népalaise », avec les doigts.

Nous arrivons à la nuit après un dernier tronçon sinueux au dessus du lac de Pokhara, par le raccourci de Sarangkot. La dernière journée n’aura pas été la plus facile…

Nous laissons les enfants conclure cette incroyable aventure par ces deux dessins offerts au guide et à l’agence de Lauren ! (cliquez pour zoomer)

Merci pour être arrivé jusqu’au bout !

5 réponses sur “Challenge sportif au Népal : le tour des Annapurnas en famille, jours 10 à 12”

  1. Bravo à vous 4 pour cet exploit !
    Bonne route pour la suite que je vous souhaite moins difficile.
    Bonne année 2020 en pleine forme. Hubert et moi vous faisons de gros bisous

  2. « Merci pour être arrivé jusqu’au bout » et je dis « bravo pour avoir été jusqu’au bout de vos rêves » ! Nos bouchons sont moins sympathiques… Peut-arriverez-vous à mieux relativiser lorsque vous retrouverez la cohue francilienne et les plaisirs des bouchons de chez nous ! J’affronte demain le retour parmi ces grèves…
    BONNE BONNE fin d’année !!!
    Gros bisous, G.L.

  3. Heureux de découvrir votre petite famille sur ce beau chemin initiatique ! Comme quoi distance et temps sont des notions bien élastiques ! Merci pour ce partage d’un voyage qui restera pour vos enfants le souvenir de toute une vie . Bises du Pays- Basque, Jocelyne et Gérard .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *