Nelson Mandela et ma visite à Robben Island

Par notre reporter Noémie

Nelson Mandela est célèbre dans le monde entier et surtout ici en Afrique du Sud car il est considéré comme un héros national. Il a lutté contre l’Apartheid* durant de longues années et a réussi à construire une société nouvelle en faveur des droits de l’homme et du citoyen pour tout un peuple.

Dès notre arrivée au Cap, nous constatons que son nom est partout.

Route vers le Nelson Mandela Boulevard

Nelson Mandela est né le 18 juillet 1918 en Afrique du Sud. Son prénom est « Rolihlahla Dalibunga » prononcé en xhosa, son langage natal, (ce qui veut dire  » fauteur de troubles « !).  C’est plus tard, à son arrivée à l’école que son professeur lui donne le nom de Nelson, un nom chrétien et anglais selon les traditions de l’époque.

Il se nomme aussi « Madiba ». C’est le nom de ses ancêtres et c’est une marque de respect de le nommer ainsi.

Regardez bien notre bateau pour aller à Robben Island se nomme Madiba 1!

Nelson Mandela est issu d’une famille royale de l’ethnie Xhosa et a treize frères et sœurs. Dans sa famille, il est le premier à aller à l’école. Son père meurt alors qu’il a 9 ans. C’est alors que sa mère décide qu’il quittera la maison pour aller en pension chez le chef du village voisin beaucoup plus aisé où il pourra continuer d’étudier.

En 1939, il va à l’université de Fort Hare où il sera renvoyé pour avoir contesté le règlement. Intéressé par les débats politiques et la justice, il décide de devenir avocat. Il entreprend alors des études de droit.

En 1942, il obtient sa licence de droit et se fait engager dans un cabinet d’avocat où il lutte contre les discriminations raciales. Il devient membre du parti politique, le Congrès National Africain (l’ANC). A cette période, il épouse Evelyn Mase avec qui il aura deux fils et une fille.

Il divorce en 1957 et il rencontre sa seconde femme (Winnie) avec qui il aura deux filles: Zeni et Zindzi.

En décembre 1961, en réaction à des injustices et violences trop fortes envers les Noirs, il participe à des campagnes de sabotage contre des installations publiques et militaires. Il est arrêté en 1962.

Lors de son procès, il affirme : « Durant toute ma vie […] j’ai combattu la domination blanche, et j’ai combattu la domination noire. J’ai défendu l’idéal d’une société démocratique et libre dans laquelle tous les individus vivraient en harmonie et bénéficieraient de chances égales. C’est un idéal pour lequel j’espère vivre et que j’espère voir se réaliser. Mais c’est un idéal aussi pour lequel, s’il le faut, je suis prêt à mourir. »

En juin 1964, il est condamné à perpétuité. Il a été emprisonné durant 27 ans dont 18 ans sur l’île de Robben.

Robben Island est une ancienne île prison au large du Cap.

Regardez, elle est au loin ! Elle est toute petite et mesure 5 km2.

Depuis 1999, cette île a été classée au patrimoine mondial de l’Unesco. C’est un musée que l’on peut visiter.

Là-bas, un bus nous emmène tout d’abord voir la carrière où Nelson Mandela a effectué des travaux forcés avec d’autres prisonniers politiques. Il cassait des cailloux avec une cadence éprouvante et a eu très mal aux yeux.

La carrière

Ensuite, un guide (ancien prisonnier politique) nous emmène sur les lieux de la prison.

Le bâtiment principal

Nous avons vu certains dortoirs, la salle de bain commune.

Mandela dort dans une cellule minuscule. Il continue à lire, à écrire et à étudier. Il n’a droit qu’à un visiteur et une lettre tous les six mois et ce courrier est souvent retardé et rendu illisible par la censure* de la  prison. Il a une photo de famille qui l’aide à garder espoir.

Nelson Mandela avait droit à une demi-heure de temps libre le matin et une demi-heure l’après-midi dans la cour de la prison.

La cour dans laquelle il se détend…

Il est relâché en février 1990, à la suite de fortes pressions internationales sur le gouvernement blanc.

Frederik de Klerk est le président de l’époque. Nelson Mandela s’entend bien avec lui. Il dialogue beaucoup et négocie.

Le 30 juin 1991 l’Apartheid est définitivement abolie. La même année, il est élu président de l’ANC. Il œuvre pour la paix et le droit de vote pour tous. Il travaille beaucoup pour élaborer une nouvelle Constitution pour son pays.

Deux ans plus tard, les efforts de Nelson Mandela et du président de Klerk sont reconnus mondialement. Ils reçoivent tous les deux le prix Nobel de la paix en 1993 en hommage à leur travail pour: « l’élimination pacifiste du régime de l’apartheid et pour l’établissement des fondations d’une Afrique du Sud nouvelle et démocratique ».

Statue au Cap à la mémoire du Prix Nobel de la paix de Nelson Mandela (et mon petit frère).

En 1994, le 27 avril ( jour férié pour fêter la liberté), il devient le premier président noir d’Afrique du Sud jusqu’en 1999.

Il mène une politique nationale pour réconcilier la population blanche et noire. Il instaure une démocratie en Afrique du Sud.

Pendant son mandat, il lutte aussi contre les inégalités économiques. Il a distribué de nombreuses terres à cultiver, fait construire des maisons à bas coût pour les mal logés, organisé l’accès à l’eau potable et à l’électricité, il fait construire des cliniques et des centres de vaccinations. Il a donné du travail en abondance en faisant réaliser des réseaux de routes et d’égoûts.

En 1996, il divorce avec « Winnie » et deux ans plus tard il épouse Graça Machel.

En 1999, il se retire de la vie politique mais continue la lutte contre la pauvreté et se bat encore et toujours pour la défense des droits de l’homme.

Il meurt le 5 décembre 2013, à l’âge de 95 ans.

Il reste un modèle de combat pour la liberté. Dans une des lettres à Winnie, il garde espoir et affirme : « le nouveau monde ne sera pas construit par ceux qui restent à l’écart les bras croisés, mais par ceux qui sont dans l’arène, les vêtements réduits en haillons par la tempête et le corps mutilé par les événements. L’honneur appartient à ceux qui jamais ne s’éloignent de la vérité, même dans l’obscurité et la difficulté, ceux qui ne se laissent pas décourager par les insultes, l’humiliation ou même la défaite. » Lettres de prison, Nelson Mandela, 2018.

En 2018, Nelson Mandela aurait eu cent ans. Il est très important pour la mémoire des Sud-Africains. La devise du pays est aujourd’hui: « L’unité dans la diversité ».

Au prix de grands sacrifices personnels, Nelson Mandela a su se battre avec persévérance, pour ses idéaux, toujours en respectant les personnes, en travaillant beaucoup et en gardant espoir. 

Nous avons découvert cette fleur crée en mémoire de son engagement pour l’Afrique du Sud :

Nelson Mandela’s Gold Strelitzia: une variété jaune en sa mémoire au jardin botanique du Cap.
Pour en savoir plus

La récente Constitution de 1996 affirme les valeurs fondatrices de la nouvelle Afrique du Sud dans les premiers articles :

  • la dignité humaine;
  • le respect de l’égalité des droits de chacun, conformément à la philosophie des droits de l’homme;
  • le refus de la discrimination raciale et sexiste ;
  • la suprématie de la Constitution et le respect du droit ;
  • le principe du suffrage universel, fondé sur des élections régulières.

Glossaire

*Apartheid : En Afrique du Sud, régime de ségrégation raciale instauré par la minorité blanche à l’encontre de la majorité noire, entre 1948 et 1991. Par exemple les Noirs n’avaient pas le droit de vote et ne partageaient pas les Bus avec les blancs.

*Censure d’un texte : Les lettres de Nelson Mandela était relues et certains passages étaient gommés.

Petite histoire à lire en anglais

On 18 July 1918 Rolihlahla Mandela was born in Mvezo near Mthatha. The boy loved stories. When he arrived at school, his teacher called him Nelson.

Nelson Mandela loved reading and he loved sport. He studied at Fort Hare University and became a very good boxer. Nelson lost his place at the University when he asked for justice in electing student leaders.

Nelson Mandela went to Johannesbourg to become a lawyer. All around him, people began discriminating against black people. He worked hard to defend black people against the Apartheid governement.

He was sent to jail for the rest of his life.

On 11 February 1990, President Frederik de Klerk released Nelson Mandela from jail and invited him to help create a democratic South Africa.

On 27 April 1994, all South Africans could vote in an election. Nelson Mandela beacame President and he served his country for five years.

He died on 5 December 2013.    

Lexique pour comprendre :

  • To be born : être né
  • To call : appeler
  • To read : lire
  • To become : devenir
  • To lost : perdre
  • To ask : demander
  • A lawyer : un avocat
  • All around him : tout autour de lui
  • Against : contre
  • to work hard : travailler dur
  • the jail : la prison
  • to serve : servir
  • to die : mourir

Source : résumé d’un petit livret en 4 langues intitulé « Nelson Mandela » offert dans une maison d’hôte à Johannesburg.

Autres sources : Wikipedia et Wikidia, site du Conseil constitutionnel, Lettres de Prison de Nelson Mandela, Musée de Robben Island.

11 réponses sur “Nelson Mandela et ma visite à Robben Island”

  1. Félicitations pour ce superbe reportage, ma chère Noémie !!!
    Je comprends mieux pourquoi cette fleur s’appelle également « oiseau de paradis » !!!
    Un nouveau continent s’offre à vous, belles découvertes pour la suite !
    Bons baisers à tous les 4, GL

  2. Merci Noémie pour ce reportage sur cet homme hors du commun de par ses combats multiples.
    Lors de son DC le Dalai-Lama avait mentionné que rien ne servait d être triste que le tout devait être transformé en volonté, en détermination pour faire vivre le message de paix porté par le GÉANT de la RÉCONCILIATION ! 😐
    La visite de la prison est un lieu légendaire vs aurez appris et vu bcp de choses.
    Ns pensons bien à vs gros gros bisous à vs 4 👤👥🐈

  3. Félicitations Noémie pour ton super reportage sur Nelson Mandela.
    Cela m’a vraiment ému, car en 2014, juste après sa mort, j’avais fait un exposé en anglais sur la vie de Mandela dans l’association où je reprenais des cours d’anglais à Livry.
    J’y avais passé beaucoup de temps et j’ai justement retrouvé dans ton reportage plein de choses que j’avais rapportées.
    Je te montrerai ça à ton retour.
    Un grand merci, Noémie, avec de grosses bises de Papi.

  4. Bravo Noémie pour ce superbe reportage ! Je connaissais un peu Nelson Mandela mais ton reportage m’a appris plein de choses, merci pour le partage !

    Je l’ai lu aussi avec Gabin qui a été impressionné et a trouvé cela très bien !
    Et bravo aussi pour la partie en anglais.

  5. Super Noémie ,ton reportage qui nous a appris plein de choses sur ce grand homme qu’est Nelson Mandela ,est parfait ,bien documenté et agrémenté d’ intéressantes photos. En plus , tu nous as même fait révisé l’ anglais.On attend le prochain avec impatience .
    Grosses bises à tous les quatre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *